BLANDAS Territoire Engagé pour la Nature ( T.E.N. )

Depuis 2020, la Commune de Blandas a obtenu le titre de        

 « Territoire Engagé pour la Nature ». 

 

L’ensemble du projet, soutenu par l’Office Français de Biodiversité, se décline selon plusieurs axes et plusieurs actions présentées ci-dessous.

A – Territoire Engagé pour la Nature

1 – Définition :

 « Territoires Engagés pour la Nature » (TEN) est un dispositif d’ingénierie territoriale destiné à faire émerger, reconnaître et accompagner les collectivités dans une démarche d’engagement de leur territoire en faveur de la biodiversité. Le plan biodiversité fixe un premier objectif de 1 000 collectivités locales engagées et reconnues TEN d’ici à 2022.

A l’heure où dans le monde 1 million d’espèces animales et végétales sont menacées d’extinction au cours des prochaines décennies (soit 18%), 78% des habitats naturels sont dans un état de conservation défavorable en France, et où les scientifiques n’hésitent plus à parler de sixième extinction de masse, il est temps, plus que jamais, de protéger, préserver, valoriser et restaurer la biodiversité à toutes les échelles.

Le territoire d’Occitanie recèle une faune et une flore remarquables qu’il nous appartient de conserver pour nous-mêmes et les générations futures.

Le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, Régions de France, l’Agence Française pour la Biodiversité et les Agences de l’eau appellent les nouvelles collectivités et les collectivités déjà actrices dans le domaine à rejoindre l’initiative TEN.

Action phare du Plan biodiversité, « Territoires Engagés pour la Nature » est le dispositif d’engagement des collectivités au titre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) et des Stratégies Régionales pour la Biodiversité (SRB).

Avec ses partenaires pilotes de la démarche en Occitanie (Région Occitanie, DREAL, Agences de l’eau Adour-Garonne et Rhône-Méditerranée-Corse, directions régionales de l’AFB), l’Agence Régionale de la Biodiversité (ARB) Occitanie assure le déploiement de la reconnaissance TEN en Occitanie.

2 – Comment devient-on un Territoire Engagé pour la Nature ?

Pour obtenir la reconnaissance « Territoire Engagé pour la Nature », chaque collectivité (commune ou Etablissement Public de Coopération Intercommunale à fiscalité propre) peut candidater sur la plateforme TEN Occitanie, et s’engager à mettre en œuvre des actions pour la biodiversité, emblématique ou ordinaire, terrestre ou aquatique, urbaine ou rurale, dans les trois prochaines années.

Les actions présentées doivent s’articuler autour de trois axes :

Axe 1 : agir pour la biodiversité

Axe 2 : connaître, informer et éduquer sur la biodiversité

Axe 3 : valoriser la biodiversité

La plateforme est accessible à l’adresse suivante : https://engagespourlanature.biodiversitetousvivants.fr/territoires/


 3 – Qu’est-ce que TEN apporte aux collectivités ?

– Accès au « Club des TEN » pour bénéficier des ressources des nombreux partenaires nationaux et régionaux ainsi que des expériences des collectivités engagées pour faire émerger et mener des actions.

 – Accès facilité à certains financements publics et cadrage amont au dépôt de dossiers d’autorisations environnementales.

 – Accompagnement privilégié de l’ARB Occitanie pour le montage de projet.

 – Acquisition de connaissances et compétences supplémentaires sur la biodiversité.

 – Meilleure visibilité des actions en faveur de la biodiversité auprès des acteurs socio- économiques locaux et pour la mobilisation des citoyens.

 – Valorisation nationale et locale des projets et bonnes pratiques : implication dans des événements phares, portraits des collectivités les plus remarquables relayés sur les réseaux régionaux et nationaux, etc…

En résumé

Le TEN ne s’adresse pas aux actions déjà réalisées, mais facilite et valorise les projets en devenir. Une opportunité pour toutes les collectivités de concrétiser leur intérêt pour la sauvegarde et la valorisation de la biodiversité en région. L’objectif de TEN est d’encourager un réel engagement de chacun en faveur de la biodiversité, dans un esprit de démarche de progrès.

B – La collectivité et le territoire

Les compétences de la collectivité concernées par les enjeux de préservation, restauration et valorisation de la biodiversité.

1 – La collectivité :

La commune a toutes les compétences pour engager cette action. Engagée dans la préservation des territoires ouverts pour l’agropastoralisme (Causses Cévennes – Unesco) et également du Grand Site de France sur Navacelles, elle a la volonté de mener à bien ce

programme de préservation et de valorisation de la biodiversité qui fait du causse de Blandas un territoire bien connu des naturalistes et identifié comme un territoire à fort enjeu reconnu comme tel. Un des objectifs principal est d’emmener TOUS les villageois vers la découverte ou redécouverte de leur territoire.

2 – Le territoire :

Le territoire de Blandas est au cœur d’un plateau calcaire d’altitude. Entité géologique périphérique du Larzac découpée par des Gorges. Situé en zone rurale, il se trouve à proximité de zones de moyenne montagne, voisines des Cévennes Méridionales.

3 – Élément notable en matière de biodiversité sur le territoire :

En matière de biodiversité, le territoire de Blandas est riche et exceptionnel car constitué d’une faune et d’une flore typiques des Causses méridionaux. De nombreuses espèces endémiques sont présentes notamment chez les orchidées. Environ 110 espèces de papillons évoluent, ainsi qu’à peu près 130 espèces d’oiseaux et une douzaine d’espèces de reptiles. Parmi ces espèces, nombreuses sont celles emblématiques et patrimoniales liées aux milieux ouverts et rupestres qui ont permis à ce territoire d’être classé en ZNIEFF et ZICO au

préalable de zones Natura 2000. La commune de Blandas est traversée en périphérie par la Vis, une des plus belles rivières d’Europe en terme de qualité et de richesse.

4 – Les pressions exercées sur la biodiversité du territoire et leurs causes :

– Afflux touristique, les fréquentations désorganisées et les activités de pleine nature sont des facteurs de pressions exercées sur les habitats,

– Certaines pratiques ont des impacts sur les enjeux : milieux et espèces (introduction d’espèces, écobuages etc…).

– Fauchage et coupes de haies sporadiques.

– Usages domestiques des lavognes (mares), pompages nettoyages, arrosage.

– Abandon du pastoralisme, de l’entretien des zones pâturées et des modifications agricoles.

Les causes sont bien souvent une méconnaissance des enjeux espèces et milieux, une évolution des pratiques agricoles et des modes d’élevage (bovins), une vie rurale en évolution permanente.

5 – S’organiser et établir des partenariats :

5.1. Les partenaires :

Collectivités voisines, structures d’État, agriculteurs, habitants, usagers, quelques personnes ressources locales et techniciens compétents.

5.2. Les acteurs :

Les acteurs et professionnel du tourisme, chasseurs, pêcheurs développeurs locaux et associations locales.

5.3. Modalités d’implication des partenaires et des acteurs :

Les modalités d’implication des différentes structures se feront de manières stratégiques par des actions d’information et de sensibilisation au préalable, différentes entreprises éducatives locales seront impliquées de manière directe ou indirecte sur certaines actions.

6 – Maintenir et restaurer les espaces naturels et les continuités écologiques :

6.1. Maintenir et restaurer les espaces naturels

Les espaces naturels en bon état assurent de nombreux services pour les territoires : des services d’approvisionnement (alimentation, substances médicinales, bois), de régulation (atténuation des crues, des sécheresses etc…) et culturels (activités de loisirs, qualité et cadre

de vie, paysages, etc…). Leur préservation et leur gestion sont donc particulièrement importantes pour garantir toutes ces fonctions.

Certaines espèces végétales ou animales exotiques envahissantes sont présentent. La commune envisage d’agir sur les poissons rouges, l’ailante, les nénuphars etc.., et d’enclencher un partenariat avec le fredon et structures compétentes (INRA et autres).

6.2. Préserver et restaurer les continuités écologiques :

La Trame Verte et Bleu (TVB) est un outil qui allie préservation de la biodiversité et aménagement durable du territoire. Il vise à enrayer la perte de la biodiversité. La TVB est composée de réservoirs de biodiversité (particulièrement riches en biodiversité) et de corridors écologiques, qui relient ces réservoirs. Le maintien des fonctionnalités de la TVB, et donc du réseau de continuités écologiques, joue un rôle essentiel pour garantir les besoins des espèces (se déplacer, se nourrir, se reproduire, se reposer…).

Pour ce faire, le respect de la séquence « Éviter, Réduire, Compenser » est fondamental. Favoriser l’évitement dès l’amont des projets permet d’enrayer des dynamiques de fragmentation de l’espace et des écosystèmes. Pour une prise en compte opérationnelle, cela se planifie, à l’échelle des documents d’urbanisme. La pollution lumineuse (Trames noires) : La commune s’appuiera sur des actions telles que le jour de la nuit et d’autres manifestations pour enclencher progressivement un changement marquant sur le rapport à l’éclairage nocturne afin qu’ils soient validés par tous de manière pérenne.

7 – Connaître et mobiliser autour de la biodiversité :

7.1. Connaître :

La connaissance de la richesse du territoire en matière de biodiversité est essentielle pour la protéger de façon efficace. La connaissance de la perception de cette richesse par les usagers du territoire est tout aussi fondamentale pour évaluer les possibilités d’actions en commun et l’adhésion des acteurs dans des projets en faveur de la biodiversité.

Les divers diagnostics potentiels écologiques de la collectivité sur le territoire :

– Cartographie des habitats naturels.

– Réalisation d’un Atlas de la Biodiversité Communal (ABC).

– Études faunes-flore.

– Inventaire de zones humides.

– Inventaire des sites à renaturer ou restaurer.

– Cartographie des espèces exotiques envahissantes animales et végétales.

7.2. Partager la connaissance pour mobiliser les acteurs :

L’implication de tous pour la préservation de la biodiversité est une opportunité. L’information pour l’appropriation des enjeux de la biodiversité est le premier niveau d’action pour sensibiliser les acteurs et susciter leur mobilisation en faveur de la biodiversité dans le territoire. L’idée d’agir « ensemble pour la biodiversité » peut permettre de développer des projets. Partager les informations sur l’importance de la biodiversité est un vecteur pour y arriver et diffuser les bonnes pratiques.

La collectivité informe ses habitants de ses engagements en faveur de la biodiversité :

– Mise à la disposition de brochures et documents d’information sur la biodiversité dans les locaux de la collectivité.

– Reportage régulier dans les journaux de la collectivité.

– Création et publication de brochures.

– Espace dédié à la biodiversité sur le site internet de la collectivité.

– Panneaux pédagogiques sur sites.

– Lieu permanent de sensibilisation (maison de la nature…).

– Conférences sur la protection de l’environnement.

Proposition d’actions de préservation des milieux naturels et/ou de la biodiversité auprès des citoyens et des acteurs :

– Organisation de chantier participatif.

– Opérations de préservations/restauration d’un milieu naturel.

– Association des citoyens au sein du conseil local de la biodiversité.

– Journée de ramassage de déchets etc…

7.3. Allier biodiversité et activités locales :

La biodiversité est une opportunité qui offre des services écosystémiques, des solutions fondées sur la nature face au changement climatique. La trame verte et bleu a de multiples fonctionnalités, et la nature en ville est un atout pour les populations qui y vivent. Cependant, la préservation de la biodiversité peut être vécue comme une contrainte. Il est aujourd’hui nécessaire de démontrer qu’il est possible de concilier préservation et restauration de la biodiversité avec les activités humaines, et ce en faveur des paysages, des terroirs, de l’identité locale et du développement des territoires.

C – Propositions de trois actions de la collectivité en faveur de la biodiversité

1 – Action n°1 :

– Inventaire participatif de la biodiversité.

– S’organiser et établir des partenariats.

– Intégrer la biodiversité dans l’aménagement.

– Connaître et mobiliser autour de la biodiversité.

Présentation synthétique de l’action et de ses grandes étapes :

Dans le cadre de la mise en place d’un sentier de découverte et d’interprétation figure la première action proposée ci-dessous :

– Constitution d’une équipe projet qui sera garante de la conduite de l’ensemble des actions.

– Conventionnement de partenariats.

Plan d’action et échéancier :

– Organisation d’une adhésion collective par des actions d’animation de sensibilisation et de formation à la collecte (scolaires, habitants du village voisins, techniciens).

– Collecte de données naturalistes en lien avec les enjeux Natura 2000 en prévision d’élaboration de futures trames verte, bleues et turquoises.

Moyens humains dédiés en interne à la collectivité :

– Mobilisation de la population, engagement bénévolat (techniciens, citoyens, élus).

– Mise à disposition d’un agent de la commune sur des missions ponctuelles.

– Implication du technicien Natura 2000 en lien avec les besoins du projet.

Les partenaires :

Natura 2000, OFB, CD30, CoGard, Conservatoire des espaces naturels LR, Agence de l’Eau, CNRS, CEFE université Montpellier, FREDON, ONF, CPIE, Causses Méridionaux et du Gard, Communauté de Communes du Pays Viganais (CCPV), Office de Tourisme, Syndicat

Mixte Grand Site de Navacelles, Groupe Chiroptères LR, Club CPN (Connaître et Protéger la Nature), Enseignants, entreprise privées, centre éducatifs (ESAT…).

Moyens financiers dédiés dont la part d’auto financement :

– Valorisation du bénévolat.

– Intégration du projet dans le budget prévisionnel de la commune.

– Demandes de financements auprès des partenaires institutionnels.

2 – Action n°2 :

– Restauration et réhabilitation d’habitats traversés par le chemin de découverte et d’interprétation.

– S’organiser et établir des partenariats.

– Maintenir et restaurer les espaces naturels et les continuités écologiques.

– Intégrer la biodiversité dans l’aménagement.

– Connaître et mobiliser autour de la biodiversité.

Présentation synthétique de l’action et de ses grandes étapes :

L’action 2 se caractérise par des actions de réouvertures, restauration, de milieux en lien avec les trames vertes :

– Une parcelle empruntée par le sentier sera l’objet de coupe de bois, de pins noirs envahissants (coupe et arrachage).

– Une seconde zone de landes à buis à proximité d’espaces naturels sensibles déjà dans cette démarche sera Giro broyée, fauchée et pâturée selon l’organisation éventuelle de baux communaux.

L’action 2 se caractérise également par une réhabilitation en lien avec les trames bleues et turquoises :

– Éradication des espèces invasives (poissons rouges, perches soleil, …), nettoyage, prélèvement.

– Constitution d’une ceinture végétalisée visant à créer une zone de quiétude et d’habitats refuges.

Moyens humains dédiés en interne à la collectivité :

– Mobilisation de la population, engagement bénévolat (techniciens, citoyens, élus municipaux).

– Mise à disposition d’un agent de la commune sur des missions ponctuelles.

– Implication du technicien Natura 2000 en lien avec les besoins de projet.

Partenaires :

Natura 2000, OFB, CD30, Conservatoire des espaces Naturels Occitanie, Agence de l’Eau, CNRS, Fedon, Communauté de Communes du Pays Viganais (CCPV), associations locales, enseignants, entreprises privées.

Moyens financiers dédiés dont la part d’auto financement :

– Valorisation du bénévolat.

– Intégration du projet dans le budget prévisionnel de la commune.

– Demandes de financements auprès des partenaires institutionnels.

– Contractualisation Natura 2000.

– Budget global prévisionnel environ 20 000 euros.

3 – Action n°3 :

– Aménagement et valorisation du sentier d’interprétation et de découverte.

– S’organiser et établir des partenariats.

– Maintenir et restaurer les espaces naturels et les continuités écologiques.

– Intégrer la biodiversité dans l’aménagement.

– Connaître et mobiliser autour de la biodiversité.

Présentation synthétique de l’action et de ses grandes étapes :

En matière d’aménagement, l’action n°3 envisage :

– La création et l’installation de panneaux de sensibilisation et d’information tout au long du parcours, en témoignage des actions menées, des richesses rencontrées et de l’importance de l’implication de chacun tant dans les actions actuelles que dans les actions du passé (agropastoralisme).

– Construction et installation d’observation présentoirs pour les lavognes.

– Aménagement de la fin du parcours, des trois Belvédères de Navacelles par la pose de plusieurs créations « Land art » pérennes et fixes réalisées avec le public local et visant les notions géologiques locales et d’une appréhension pertinente de la présence de la Vis au travers des gorges, en trame bleue exemplaire.

– La maison du Grand site sera l’objet d’un lieu destiné aux restitutions, photos et dessins des écoles, reportages, témoignages vidéos des anciens et histoire de l’agropastoralisme cher à l’Unesco.

Moyens humains dédiés en interne à la collectivité : Élus, conseillers municipaux et agents.

Partenaires :

Entreprises infographistes et audiovisuelles, artistes et associations culturelles locales, services communication CCPV (Pays Viganais), enseignants primaires et secondaires, Office de tourisme, Associations Naturalistes locales, Syndicat Mixte Grand Site de Navacelles, DRAC, CPIE Causse Méridionaux, CPN Pays Viganais.

Moyens financiers dédiés dont la part d’auto financement :

– Valorisation du bénévolat.

– Intégration du projet dans le budget prévisionnel de la commune.

– Demandes de financements auprès des partenaires institutionnels (département, région).

– Budget Global Prévisionnel environ 15 000 €.

Logo

Mairie de Blandas - Le Village 30770 Blandas  - Nous appeler :  04.67.81.51.23 - E-mail :  commune-de-blandas@orange.fr